Kubrick par Kubrick : Taisons nous un instant et profitons de cet instant

Je ne sais pas si c’est l’effet du confinement, mais on a pu avoir une soirée Kubrick sur Arte le 12 Avril 2020. Pour faire une grande soirée, il faut un grand film (Barry Lindon), mais aussi un grand documentaire (Kubrick par Kubrick) qui profite de cette soirée pour être diffusé pour la première fois.


La fiche

  • Réalisateur : Gregory Monro
  • Date de Sortie : 12 Avril 2020
  • Synopsis : Ce documentaire envoûtant fait entendre la parole rare d’un cinéaste aussi génial que secret. Vingt ans après sa mort, tout semble avoir été dit sur Kubrick. Sa hantise des médias a contribué à épaissir le mystère qui l’entoure. Le critique de cinéma Michel Ciment, également directeur de la revue « Positif » et chroniqueur au « Masque et la plume », fait partie des rares journalistes à l’avoir interviewé à plusieurs reprises

La Critique

Gregory Monro est habitué à faire des documentaires sur de grands noms. Avant de faire celui sur Kubrick, il avait consacré des documentaires sur Louis de Funès, Jerry Lewis, Pierre Richard, Michel Legrand, James Stewart ou encore Robert Mitchum. Pour faire ce documentaire, il s’appuie sur une série d’entretien de Michel Ciment qui a pu rencontrer ce grand monsieur du cinéma. Michel Ciment, c’était le directeur du magazine « Revue Positif « et chroniqueur pour l’émission de France Inter : « le Masque et la plume ». Il est également connu pour être l’un des seuls à avoir pu parler régulièrement à Kubrick depuis Barry Lindon, Shining et Full Metal Jacket. Ses entretiens lui ont permis d’écrire son livre « Kubrick » (Calmann-Lévy, 1980, édition définitive en 1999) consacré à ce monstre du cinéma.

Il faut savoir que des interviews ou tout simplement des archives audios de Kubrick, c’est très rare. Il n’aimait pas l’exercice de l’interview. Je pense que pour Kubrick le plus important pour lui, c’était d’utiliser l’image pour expliquer son message. On connaît le style de Kubrick, les messages de Kubrick, les films de Kubrick, mais on a jamais vraiment attendu sa voix et le fait de l’entendre rend ce documentaire authentique. Comme si on avait trouvé une cassette vidéo dans un coffre-fort. Alors oui, les fans de Kubrick ne vont rien apprendre de nouveau, mais le fait de l’écouter pendant 50 minutes est un plaisir qu’on a jamais eu la chance de connaître.

En revanche, le documentaire peut être vraiment intéressant pour les novices ne connaissant pas trop le cinéma de Kubrick et qui ont envie de rentrer dans son univers. Avec ce documentaire, l’envie de voir ses films peut être encore plus présente et c’est une excellente entrée pour les novices qui sauront les obsessions du cinéaste américain (Britannique de cœur), ses thématiques et surtout rien qu’avec cette heure de documentaire, ils connaîtront Kubrick, car qui mieux que Kubrick peut parler de Kubrick. 

Pour illustrer le documentaire, Gregory Monro nous fait rentrer dans une sorte de maison. Une maison décorée avec des objets des films de Kubrick. La caméra va s’amuser à bouger dans la maison, comme si on avait la chance de visiter ce lieu unique. On peut même penser à une visite interactive, quand on touche un objet, on entend Kubrick. 

Enfin, on entendra d’autres personnes ayant eu la chance de côtoyer Kubrick. Quand on les entend, cela confirme tout le travail qu’il fournit pour faire ses films. Ces moments où l’on entend d’autres personnes, constitue le point fort du documentaire. Je retiendrais surtout , Tom Cruise racontant comment il a appris la mort de Stanley Kubrick (il est mort après le montage de « Eyes Wide Shut » en 1999). Quand il le dit, on sent toute l’émotion dans son visage, c’est comme si il avait du mal à le croire et on se dit comme lui, on a perdu une grande personne du cinéma qui a tant apporté au 7e art.


S’il y avait un voyage Kubrick, « Kubrick par Kubrick » serait la dernière étape. Il y a un plaisir de pouvoir entendre ce grand monsieur, et même si on n’apprends rien de nouveau, on prend un grand plaisir pendant pratiquement 50 minutes à l’entendre parler de ses films. Bravo à Grégory Monro pour ce condensé des 4 entrevues entre le journaliste Michel Ciment et Stanley Kubrick.


Vous pouvez voir « Kubrick par Kubrick » sur Arte TV jusqu’au 10 juin 2020


Pour Aller plus loin :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s