Apollo 13 : Un échec, mais une très grande aventure humaine que seul l’aventure de la conquête spatiale offre

Le cinéma américain a cette particularité et cette force de parler des films ou les faits ne sont pas forcément des moments glorieux. Ils le font très bien, quand on voit les différents films sur la guerre du Vietnam comme Apocalypse Now de Francis Ford Coppola, utilisant le contexte pour en faire une critique. Les biopics comme la mission d’Apollo 13, ou ce n’est pas un événement glorieux pour les américains est assez fréquent dans le paysage cinématographique américain.

Apollo 13, même si la mission sauvetage est une réussite, n’est pas forcément un moment de gloire pour les Etats-Unis. Apollo 13 est la troisième mission du programme spatiale américain « Apollo » ayant pour but de conduire un équipage sur la lune. Cette mission est un échec suite à l’explosion d’un réservoir d’oxygène ce qui a du forcer l’équipage à retourner sur terre. Vient ensuite cette mission de sauver l’équipage.

Voilà pour ce qui est du côté historique. Du côté, cinéma, ce biopic est assez intéressant. Pour faire Appolo 13, Ron Howard voulait que tout soit fait sans utiliser d’images d’archives et sans effets spéciaux. Si le film était une production récente on serait sur un film avec beaucoup d’effets spéciaux et on n’aurait surement pas eu ce sentiment d’être un cosmonaute de la mission « Appolo 13 ». Le film de Ron Howard est conçu avant tout comme une expérience cinématographique, assez intense, avec une maîtrise dans la tension. C’est surtout une grande aventure humaine retranscris au cinéma ou l’immersion est un élément important dans la réussite du long métrage de Howard.

Apollo 13, c’est une histoire fait par des femmes et des hommes, c’est un film qui parle de l’humain. Il n’y a pas cette volonté de faire un film spectaculaire, car cela aurait réduit l’humain au second plan. Ron Howard et ses scénaristes : William Broyles Jr et Al Reinert s’intéressent avant tout à l’humain. La force de ce film, c’est la caméra ne quittant jamais l’humain, que ce soit, la fascination de Jim (Tom Hanks) pour l’espace et son rêve d’aller sur la lune comme l’a fait Neil Amstrong, la joie de Jim d’être dans l’équipe qui fera la mission Appolo 13, la déception quand Jim apprendra que Ken Mattingly (Gary Sinise) ne fera pas partie du voyage et très rapidement on verra le plan ou Jack Swigert ( Kevin Bacon) apprendra la nouvelle.

Quand on pense à une aventure humaine dans la mission « Apollo 13 », on pense à ces moments de panique avec le fameux « Houston, We have a problem », le point central de l’intensité du film, mais ce que raconte Ron Howard c’est de parler d’une aventure collective, car ils ne sont pas que trois. Il y a tous les ingénieurs de la NASA qui n’ont pas le temps de dormir et qui ont leurs importances pour ce sauvetage. C’est aussi l’histoire des familles qui seront toujours dans l’inquiétude, face à l’absence des nouvelles et le fait d’être loin d’eux. Tous ces aspects, Ron Howard ne le néglige pas et navigue très bien les différents points de vue, permettant au film d’être aussi rythmé que cette aventure. On pourrait presque oublier la musique de James Horner avec cette volonté d’en faire beaucoup, alors qu’on aurait apprécié des musiques qui accompagne les personnages, car l’histoire c’est les trois cosmonautes et la N.A.S.A, qui nous raconte l’histoire et nous procure les émotions que l’on va ressentir lors du visionnage.

Comme je le disais et c’est la phrase de cet article consacré à Apollo 13, c’est une histoire humaine, avec des femmes et des hommes. Quand il s’agit d’incarner des personnes ou l’on pourrait s’identifier, on pense à Tom Hanks. Il s’implique à fond dans chacun de ses rôles, son interprétation excellente de Jim, n’est pas une exception. On ne voit pas Tom Hanks, mais on voit quelqu’un qui a un rêve, quelqu’un qui adore ce métier et enfin quelqu’un qui doit lutter dans une situation pas très délicate, dans ce genre de film, l’acteur chouchou de plein de personnes est investi dans ce rôle et on ne le répète jamais assez.

On pourrait aussi citer la performance d’Ed Harris qui n’est pas dans l’espace, mais derrière des écrans avec toute son équipe d’ingénieurs.il y a quelque chose de vraiment très beau quand on voit son abnégation par rapport à cette mission de sauvetage. De plus il est très convaincant (ce qui n’est pas forcément le cas de sa coupe de cheveux) quand il dit cette phrase puissante, « L’option n’est pas un échec » phrase qui ne vient pas d’un enregistrement comparé au « Houston, We have a problem », mais qui est porteur d’un joli message que quoiqu’il arrive, on ne les abandonnera pas. 

Apollo 13 est un très joli film pour un échec d’une mission, mais une réussite que ces 3 cosmonautes ont pu être sauvés par toute une équipe. Aller sur la lune n’est pas l’affaire de trois personnes, mais l’affaire de toute une équipe.


« Apollo 13 » est un film de Ron Howard, adapté par William Broyes Jr et Al Reinert du livre « Apollo 13 : Perdus dans l’espace » (Lost Moon: The Perilous Voyage of Apollo 13) de Jim Lovell et Jeffrey Kluger. Avec Tom Hanks, Bill Paxton, Kevin Bacon, Gary Sinise et Ed Harris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s