Les nouveaux mutants : La version réaliste des X men

Quoiqu’il arrive 2020 n’est pas une année comme les autres. Je ne parle pas de la période confinement ou les cinémas n’étaient plus en marche, je ne parle pas de la crise sanitaire qui nous touche encore aujourd’hui avec son lot de surprise, mais je parle d’un film qui a vaincu tous ses problèmes pour ne plus être une arlésienne. Ce film, c’est les nouveaux mutants.

Les nouveaux mutants est une très longue histoire, il n’est pas vraiment simple d’en parler sans qu’on parle des nombreux reports, des fameux reshoot qui n’ont pas pu se faire et un avenir assez incertain suite au rachat de Disney. C’est un film qui se faisait attendre, parfois cette attente était grosse. Cela donnait cette impression que le film de Josh Boone était considéré comme un gros film, ce qui est en soit une erreur.

C’est une erreur, car les attentes étaient démesurées sur l’ambition propre du film. On pourrait dire, qu’on attendait ce film pour ce qu’il n’est pas, mais ce n’est pas la faute du spectateur. La faute vient plus marketing, en particulier le trailer vendant le film comme un film d’horreur huis-clos dans l’univers de X-Men. L’approche du trailer était séduisante, mais ce n’était pas la volonté du film, même s’il y avait l’envie de faire des reshoot du côté de la fox afin d’appuyer le côté horreur. Il faut évacuer cette envie de voir de l’horreur. Elle sera présente sur deux-trois scènes, mais c’est une sorte de brouillon pas du tout peaufiné. C’est dans ces moments que le film avait besoin de reshoot, avait besoin de temps qu’il n’a pas eu suite à ce changement de direction après le premier trailer. Tout comme le côté huis-clos est assez secondaire dans l’intrigue, on voit l’envie, mais l’ambiance d’un huis-clos n’est jamais appuyé. Nouvelle preuve que considérer les nouveaux mutants comme un film d’horreur n’est pas pertinent, car ce n’est pas ce qu’il est, tout comme l’attente autour du film, parfois aussi gros qu’un blockbuster quand on entendait certains sur les réseaux sociaux. Il suffit de voir sa durée pour se rendre compte qu’on n’est pas sur les standards d’un gros projet.

Quand je vois le casting des nouveaux Mutants et ce qu’il raconte, je vois un film sur les fragilités psychologiques de jeunes adolescents. On voit cette peur de grandir avec des pouvoirs évoquant leurs peurs. Par rapport à la direction du film, le fait d’avoir choisi Josh Boone pour réaliser et co-écrire l’histoire avec Knate Lee est un choix assez logique. Avant de faire les Nouveaux Mutants, son troisième long-métrage, Josh Boone avait réalisé en 2014 nos étoiles contraires. Sans parler du côté tire larme du film, le second film de Josh Boone parlait d’adolescents, dans cette phase assez compliquée entre l’adolescence et l’âge adulte, avec cette fragilité par leurs soucis de santé ou leurs handicaps. Quand on considère les pouvoirs des jeunes mutants comme un handicap, les empêchant de grandir, on peut faire ce parallèle avec le précédent film du réalisateur.

L’apport du cinéma de Josh Boone offre une ambiance très réaliste à l’univers des X-Men. Dans les films X-Men, on voyait de jeunes mutants recueillis par le professeur Xavier, afin qu’ils puissent grandir en toute tranquillité dans un monde sain. Tout cela est bien utopiste avec un petit côté bisounours. On sait si les mutants étaient dans notre monde, ces jeunes mutants seraient récupérés par l’armée dans un laboratoire afin d’être observés et testés au vue d’en faire des armes humaines. C’est d’une logique dans notre société ou tout est vu par le prisme de l’armement.

Il y a vraiment du bon dans ce film, alors que la crainte était assez présente au début. Du bon comme je le disais dans l’apport réaliste de mettre les mutants dans notre monde et surtout de rappeler la réalité de notre société. Je parlais aussi des adolescents troublé psychologiquement et si on va plus loin, ce sont des adolescents détruits par leurs passés de jeunes mutants. Roberto a tué sa copine quand il a découvert le plaisir sexuel, mais qu’il n’a pas pu contrôler son pouvoir. Illyana ne fait plus confiance à personne par rapport à son passé d’esclave. Pour Rahne, elle est abusé par une personne dite de confiance, qui même si cela manque de subtilité, fait écho aux différentes affaires de détournement de mineurs dans les églises.

Je pourrais le défendre longuement sur son envie de bien faire, de proposer quelque chose de nouveau dans l’univers des X-Men, mais il y a de nombreux défauts, liés à la production du film. Même si le film et le montage correspondent à l’envie du cinéaste, on ne peut pas s’empêcher de dire que parfois des reshoot peuvent faire du bien à une production. On peut citer un exemple : Rogue One. Pour les nouveaux Mutants le résultat serait bien meilleur avec les reshoot tant qu’on remarque le climax ou les FX et la photographie ne sont pas peaufinés. Si on restait dans l’ambiance du début de film, cela aurait était pas gênant, mais dans son dernier tiers, c’est un film d’action et un film d’action avec une photographie en mode automatique, des FX en cours de croissance, quand tout les pouvoirs sont mis en marche, ce n’est pas forcément agréable. Les nouveaux mutants a beau être considéré comme un petit film dans cet univers de mutants, il aurait fallu plus du temps aux films pour nous montrer tout ce qu’il avait dans le ventre.

Le gros souci reste au niveau du rythme, ce qui est paradoxal pour un film qui dure 1 h 30. On est même surpris que le film prend le temps de développer ses personnages, mais tout cela est bien trop long à se mettre en place. Le souci est au niveau de l’histoire qui se développe du point de vue du personnage de Blu Hunt (Danielle Moonstar) qui découvre en même temps que nous cet endroit et ses pouvoirs. Sachant qu’on le sait que le personnage sera important et crucial dans la suite de l’histoire, elle ne mérite pas tellement qu’on s’attarde dessus longuement. C’est du temps que le film aurait pu utiliser pour développer d’autres personnages avec un gros passif. Je pense notamment au personnage d’Anya Taylor-Joy (Illyana Rasputin) qui a tout un univers derrière elle, mais on ne sait absolument rien d’elle. Il y a quelque chose de frustrant, quand on doit lire la base pour comprendre certains personnages, surtout quand le film veut développer assez longuement ses personnages, mais qu’il l’aborde du mauvais angle. Toujours sur Anya Taylor-Joy, la tête d’affiche du casting, elle est en roue libre en jouant le personnage complexe qui au début à un côté méchant, toujours en contradictions avec ses camarades, histoire de dire que ce personnage est complexe, mais sur le fond rien ne justifie cette méchanceté, car son passé est très vite balayé.

C’est dommage quand tous les autres personnages sont vraiment agréable à suivre. Subtile quand il s’agit du personnage de Maisie Williams (Rahne Sinclair) et Charlie Heaton (Sam Guthrie). Attachant quand on voit Blu Hunt, ou c’est son premier rôle au cinéma, qui en plus à son importance d’un point vue représentation. Bon, il y a le souci Roberto. On est loin de la vision des comics et le choix de la production n’est pas compréhensive, car le Roberto de Josh Boone est un cliché du mec ultra costaud, on peine à croire son histoire et le fond de son traumatisme.

Les nouveaux mutants regorgent de défauts, ces défauts peuvent facilement gâcher l’expérience du film, déjà pas aidé par un marketing ou l’attente était beaucoup trop présente, mais le film de Josh Boone a des choses à dire, à une histoire à raconter avec de belles relations entre les personnages au fur et à mesure de son histoire. C’est une bonne chose que ce film a pu sortir dans les salles d’obscures, avec Anya Taylor-Joy comme la porte-parole de cette génération en doute. Rien que pour cela, c’est un film qu’on a envie de défendre.

Les Nouveaux Mutants (New Mutants en VO) est un film de Josh Boone, écrit par Josh Boone et Knate Lee. Avec Maisie Williams, Anya Taylor-Joy, Charlie Heaton, Alice Brage, Blu Hunt et Henry Zaga.


Recommandation :

[CRITIQUE] : Les Nouveaux Mutants : https://fuckingcinephiles.blogspot.com/2020/08/critique-les-nouveaux-mutants.html (Jonathan Chevrier et Laura Enjolvy )

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s