Wandavision : Tout cet engouement, ce mystère, ce plaisir, pour retomber sur du Marvel classique…..

WandaVision combine des éléments de sitcom traditionnelle à ceux de l’Univers Cinématographique Marvel. Wanda Maximoff alias Scarlet Witch et Vision sont des super-héros, vivant dans une banlieue idéalisée mais commençant à soupçonner que tout n’est peut-être pas ce qu’il paraît être…

Affiche

« WandaVision » est la première série du MCU. Elle profite du Covid et des différents reports de Black Widow pour lancer cette phase 4 du Marvel Cinematic Universe, après une année 2020 ou les fans des productions marvel étaient en manque. Alors que ce n’était pas forcément prévu, il y a un engouement autour de cette série dès le premier épisode. Avec une diffusion en hebdo sur Disney +, tout le monde était devant son ordinateur ou sa télévision afin de profiter des différents épisodes de la série de Jac Schaeffe.

Autour de sa showrunneuse, il y a une véritable envie de retracer l’histoire de la sitcom américaine. Si les deux premiers épisodes qui sont là pour installer l’ambiance de la série (d’ou l’importance de diffuser les deux premiers épisodes le même jour), on change systématiquement de décennie. On commence avec les années 50 avec « I Love Lucy », aux années 60-70 avec « Ma sorcière bien-aimée », pour passer vers les années 80 et parfois 90 avec des sitcoms comme « Sacrée Famille » ou encore « Loin de ce monde ». Le côté sitcom de « Wandavision » se termine avec les années 2000 avec des sitcoms populaires comme « Malcolm » et « Modern Family ». Plus que de s’inspirer de différents sitcoms populaires, Jac Schaeffer reprend l’ambiance et les thématiques des différentes séries américaines. Si les années 50 nous montre la place de l’homme et de la femme dans une société, tout ceci va évoluer. En changeant de décennie, on peut voir l’évolution de la société américaine à travers cette fiction. La série reprend aussi le cadrage et la mise en scène de ces sitcoms afin qu’on s’apprenne encore plus de cette ambiance. Pour le spectateur, cela devient rapidement un jeu de trouver les différents sitcoms.

Le choix que Wanda (Elisabeth Olsen) soit dans une sitcom n’est pas seulement là pour nous faire plaisir, car elle parle d’une thématique qu’on n’a quasiment jamais dans des productions Marvel depuis l’instauration du Marvel Cinématic Universe. « Wandavision » est une série qui se passe après les événements des films « Avengers Infinity War » et « Avengers Endgame ». C’est une série qui va parler du deuil et de la perte. C’est sûrement la première fois chez Marvel qu’on voit un traitement intelligent des conséquences des précédents films. Le choix de la sitcom nous montre l’état actuel de Wanda, qui est très triste. Elle n’arrive pas à dire au revoir à la personne qu’elle aime. La sitcom est une véritable bulle que ce soit sur le fond et la forme qui permet au personnage d’Elizabeth Olsen de s’échapper de la réalité. Pour nous aussi il y a une pertinence chez Marvel d’avoir d’échanger les diffusions de « Falcon et le Soldat de l’Hiver » (en pleine diffusion sur Disney +) et « Wandavision ». Avec la pandémie, avec cette violence présence chaque jour dans notre quotidien, nous aussi, on a besoin de s’échapper. Cette série est un véritable doudou oubliant même qu’on est en pleine crise sanitaire.

Tout au long de cette série, on sent qu’on regarde pour la première fois chez Marvel quelque chose de nouveau. Malgré des passages peu intéressants chez le Sword ou l’on retrouve Monica Rambeau (la fille de Maria Rambeau qu’on avait aperçue dans « Captain Marvel »), la série entretient un véritable mystère. Malheureusement pour nous, on avait oublié avec cet engouement que c’était une série du MCU. Quand ils décident de tout rattacher à leurs univers, cela devient moins bien. Non seulement, on retrouve dans sa forme du Marvel classique avec la présence d’un antagoniste qu’on aurait pu se passer, c’est aussi des scènes d’action digne d’un film marvel sans réelle idée artistiques. Un twist et deux épisodes étaient suffisants pour casser tout ce qui faisait la force d’une série. C’est aussi fatiguant de voir qu’on est pris pour des débiles. Ils nous ré explique tout alors qu’on n’avait pas besoin d’explication. Quand on regarde sa fin, il n’y a plus charme. Il y a une sensation que Kevin Feige a repris la main afin de rattacher les wagons, sauf que « Wandavision » devient quelque chose de quelconque.

On est déçu de voir comment la série se termine. La série nous promettait quelque chose de nouveau, quelque chose de frais et d’unique au sein de cette phase 4. Une phase qui avait des allures de vent frais, mais tout ceci n’était qu’une illusion, car cette série est juste là pour donner de l’intérêt au prochain Spider-Man et Doctor Strange. On retiendra malgré tout, le plaisir de voir Elisabeth Olsen et Paul Bettany jouer dans cette sitcom, mais on peut voir ce gâchis de n’avoir attendu que maintenant pour donner quelque chose d’intéressant à des acteurs formidables. En oubliant sa fin, « Wandavision » était un moyen pour toute cette équipe créative de faire quelque chose qui a du sens permettant de parler du deuil.

WandaVision Saison 1 - AlloCiné

Wandavision est une série de Jac Schaeffer. Avec Elizabeth Olsen, Paul Bettany, Teyonah Parris, Kat Dennings, Randall Park et Kathryn Hahn


Pour aller plus loin, je vous recommande d’aller sur : First Print (Podcast) / Le coin pop (Podcast)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s