[FIFF 2021] Immortal : La liberté n’existe plus dans ce pays

Dans le grand Nord russe, un ancien goulag s’est transformé en ville où l’on construit dès l’enfance de parfaits citoyens russes. Le « système » est à l’œuvre dans des registres fille-garçon bien séparés et conçus pour chaque moment de la vie quotidienne.

Comment les mécanismes du pouvoir politique influencent-ils directement la vie des habitants d’un pays ? En cherchant une réponse à cette question, cet essai cinématographique se penche sur la vie de tous les jours dans cette petite ville industrielle, découvrant en chemin à quel point une idéologie totalitaire omniprésente peut être dangereuse.

Cela fait depuis bien longtemps que la Seconde Guerre mondiale s’est terminée. Beaucoup de pays sont passé à autre chose, la société internationale a réussi à continuer à vivre malgré cet événement douloureux pour la planète. malgré que les années avancent, il y a des pays ou on sent ce climat de préparation de la guerre. C’est le cas quand on regarde le documentaire de Ksenia Okhapkina qui a tenu sa caméra dans la ville d’Apathie un ancien goulag de l’URSS, mais qui aujourd’hui forment les futurs soldats russes. 

Dès le début, Ksenia Okhapkina donne le ton et l’ambiance de ce qu’on va vivre pendant une heure. Pas de musique pour nous accueillir, pas de visages joyeux, pas un climat chaleureux. C’est plutôt le froid de la Russie qui est retranscrit et un certain manque d’humanité dans cet accueil si glacial. C’est totalement ce qu’illustre cette ville industrielle. Il y a une certaine discipline comme si on était en pleine guerre. La cinéaste russe n’apporte pas de point de vue à son documentaire, mais constate ce qui se passe dans cette ville. La caméra est là dans une optique d’observer, afin de nous donner des éléments pour réfléchir sur les conséquences d’une dictature totalitaire sur toute une population. On voit une ville qui ne vit plus. Les Adultes attendent le bus pour aller travailler dans l’usine, les filles vont prendre des cours de ballet et pour les garçons, c’est l’école militaire. Ce qui est effrayant, c’est de voir qu’il n’y a aucune distraction. Tout cela a pour but d’en faire la nouvelle fierté de la Russie. On pourrait presque reprendre la devise du gouvernement de Vichy lors de la Seconde Guerre mondiale : travail, famille, Patrie. Rien que d’y penser, c’est absolument terrifiant. 

Par ce documentaire, on est le témoin passif d’une ville rythmée par la propagande d’une guerre. Les garçons apprennent à faire et défaire une arme le plus rapidement possible, les jeunes filles apprennent la danse pour reproduire des spectacles qui servent de reconstitutions des moments de guerre. La Russie veut retrouver la grandeur qu’ils avaient avant peu importe le prix qu’ils en coûtent. La puissance du film de Ksenia Okhapkina est d’avoir centré son film sur les visages d’enfants. Les enfants représentent l’avenir d’un pays. En voyant des enfants qui n’ont plus cette innocence de la vie, qui n’ont plus cette joie de vivre et qui respectent à la ligne les consignes des formateurs, montrent l’objectif de la Russie : former des soldats déjà prêts. 

Sans forcer son message, en constatant par les images, Ksenia Okhapkina nous montre tout le danger d’un état totalitaire sur une population. Non seulement, c’est un pays qui sacrifie la jeunesse, mais qui enlève tous les droits de l’être humain afin qu’ils ne puissent jamais contredire ce système. Une fois qu’on termine le film, on ne peut pas s’empêcher de dire qu’il n’y a rien de plus horrible que d’enlever la liberté d’une femme ou d’un homme. Ils enlèvent ce qui fait la caractéristique de l’être humain.

Immortal est un film de Ksenia Okhapkina

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s