{FIFF 2021} Mare : Une envie de reprendre sa vie en main

Mare n’a jamais pris l’avion, bien qu’elle vive juste à côté de l’aéroport avec son mari et leurs trois enfants adolescents. Elle aime sa famille, prend soin d’elle, mais se sent parfois comme une étrangère dans sa propre maison. Elle aspire à plus d’indépendance. Son mari est l’amour de sa jeunesse, mais quand un jour un homme plus jeune emménage dans la maison d’à côté, Mare franchit une étape…

Il n’y a de temps pour rien de doux dans un quotidien déterminé par les nécessités, et il n’est pas nécessaire, pour l’instant, de justifier l’impulsivité avec laquelle Mare décide de profiter de sa libido ravivée.

“Mare ”, c’est totalement le genre de film que j’attendais quand j’ai décidé de couvrir le FIFF 2021. On voit une femme qui est dans une routine et par cette routine décide de prendre sa vie en main. Ce qui est intéressant dans le film de la cinéaste croate, c’est de faire son film en utilisant le Super 16. Cela donne au film un côté documentaire très intéressant à l’image. Comme un documentaire, on a cette caméra proche de Mare (Marija Škaričić). Cette caméra ne va jamais quitter ce personnage permettant à Andrea Staka de faire un portrait magnifique sur le quotidien de cette femme.

Le côté documentaire n’est absolument pas gênant, c’est même cohérent dans l’intention de sa cinéaste. Avec ce format d’image, elle arrive à capter ce que ressent son personnage. On ressent l’ennui de son quotidien, illustré par cette ambiance très posée. Pourtant, c’est une femme assez active, mais qui a laissé de côté sa vie pour son couple et ses trois enfants. Mare ressent avant tout une routine qui ne la passionne plus, encore plus quand elle a l’impression d’être une simple étrangère dans sa maison. 

On changera tout de même rapidement de ton quand Mare va avoir une liaison avec un autre homme. C’est une caméra beaucoup plus passionnée qui nous attend. Mare prend du plaisir dans cette liaison. Elle reprend le goût de la vie, le goût de l’aventure et du risque. L’étincelle qu’elle n’avait plus dans la banalité de son quotidien est de retour. On revoit une femme qui reprend le goût de la vie, qui a le sourire. C’est plein de très beaux moments que filme la cinéaste croate, qui nous rappelle un peu ce qu’est la joie de vivre. 

Le film devient encore plus intéressant quand Mare est partagée. D’un côté, il y a le confort d’être dans un cocon familial. De l’autre côté, il y a cette envie de partir vers l’aventure avec cet homme, lui permettant de revivre. C’est une réflexion passionnante que Andrea Staka nous partage sans être dans le jugement. C’est une acceptation de cette impulsivité qui est naturelle. Le problème ne vient pas de Mare, mais d’une vie qui ne lui convenait plus. Cette acceptation, de ne pas être dans la justification permet au film d’être sublime et nous donne cette envie d’être libre et de reprendre en main notre vie.

Mare est un film de Andrea Staka, écrit par Andrea Staka. Avec Marija Skaricic, Goran Navojec et Mateusz Kosciukiewicz

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :