Oxygène : Face à cette expérience, on peut aussi manquer d’oxygène

Une jeune femme se réveille seule dans une unité cryogénique. Elle ne sait plus qui elle est, ni comment elle a pu finir enfermée dans une capsule de la taille d’un cercueil. Tandis qu’elle commence à manquer d’oxygène, elle va devoir recomposer les éléments de sa mémoire pour sortir de ce cauchemar.

Oxygène

On peut être fière que ce film soit une production française. En 2016, Christie Leblanc avait écrit le scénario d’Oxygène, ce dernier est entré dans la black List regroupant les meilleurs scripts en attente de production. Trois films qui ont obtenu un box-office de plus de 10 millions après leur première semaine. Au début, cela devait être Anne Hathaway, remplacée ensuite par Noomi Rapace. C’est quand Alexandre Aja va s’occuper de la réalisation que le projet va ainsi devenir français avec au casting Mélanie Laurent. Même si Oxygène est sur Netflix, on ne peut être très emballé par ce combo.

Oxygène est véritablement un High Concept pour Alexandre Aja. Le film a beau durer 1 h 40, il ne perd pas de temps à nous faire rentrer dans cette ambiance que va vivre le personnage de Mélanie Laurent. Aja arrive si bien à obtenir cette échelle dans ses plans qui nous montre l’enfermement de ce personnage dans cette capsule. Le cinéaste français fait d’Oxygène une véritable expérience. Face à l’image, on se sent oppressé, on voit l’Oxygène de ce personnage qui s’épuise. Mélanie Laurent nous transmet son stress permanent et cela participe à l’expérience du film.

Alors qu’on s’attendait à s’asseoir confortablement en étant à distance avec ce personnage, Aja a cette intelligence à de mettre de la proximité avec son personnage, comme si la caméra était à l’intérieur de la capsule. Cette capsule, sa couleur bleue, ses boutons et M.I.L.O. l’intelligence artificielle qui va communiquer avec la jeune femme, rentre dans notre esprit et il sera difficile de l’enlever de notre tête. C’est comme si on avait vécu à notre échelle cette expérience d’être enfermé et de vivre cette course contre la montre.

Pour aller plus loin dans ce stress qui nous suit depuis qu’on lance le film, Alexandre Aja a l’excellente idée d’utiliser Mathieu Almaric pour faire la voix de cette intelligence artificielle. Aja arrive à capter chez l’acteur français toute sa voix si monotone. C’est particulièrement stressant d’être face à sa voix qui te parle, qui te demande si tu veux un sédatif. La voix d’Almaric peut rentrer facilement dans notre tête. Quand c’est le cas, c’est un véritable cauchemar qui s’offre à nous. Oxygène nous offre véritablement une confrontation entre d’un côté Mélanie Laurent qui est oppressé par l’ambiance, par l’enfermement, par l’incompréhension et par le stress d’une femme qui n’a bien plus d’oxygène, face à une intelligence artificielle qui par sa fonction première est calme, posé et cela peut nous énerver facilement.

Oxygène

Dommage que le réalisateur s’embête avec un second acte bien évitable. Aja veut mettre en scène tout un jeu de question-réponse entre le personnage et l’intelligence artificielle. Dans ce jeu de question-réponse, on voit un cinéaste qui veut que son film aille plus loin que sa proposition de base. On a des éléments de réponse sur pourquoi ce personnage est enfermé ? Qui est-elle réellement ? Pourquoi les gens avec qui elle est en communication lui cache quelque chose ? En réalité, tout cela enlève l’intérêt du film. On perd ce qui faisait sa force dans sa première partie. On ne vit plus cette expérience et on retrouve un fauteuil confortable qui remet de la distance avec ce que vit le personnage de Mélanie Laurent. Ce second acte, c’est l’acte qui oublie que le personnage de Mélanie Laurent est enfermé et doit trouver un moyen de sortir. On oublie complètement ce qui nous a poussés à regarder ce film.

En plus de vouloir donner des explications, l’illustration des explications n’offre pas quelque chose de satisfaisant. On se demande légitimement si cela avait un intérêt de nous raconter véritablement ce qui se passe, car une fois qu’on a cette explication, on peut voir que ce film est véritablement comme un pétard mouillé. Si c’est pour avoir ce final, je pense que j’aurais pris ce sédatif avec grand plaisir, afin de quitter ce film sur son high concept que Aja a parfaitement mis en scène. Je retiendrais surtout cette prouesse qu’un cinéaste m’a fait vivre cette expérience oppressante sur télévision et petit écran. 

Oxygène

Oxygène est un film de Alexandre Aja, écrit par Christie Leblanc. Avec Mélanie Laurent, Mathieu Amalric et Malik Zidi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :