Yojimbot, Tome 2 : Derrière ce sabre, l’histoire commence

Dans ce tome 2, Hiro est aidé par les Yojimbots. Ce sont des robots samouraïs s’échappant par miracle aux attaques successives du cruel Topu et de ses drones. Malgré une situation désespérée, le jeune garçon est déterminé à connaître la vérité sur le sort de sa famille. Hiro se rend compte que les croyances qui étaient les siennes jusqu’à alors ne sont que des mensonges tissés par ce mystérieux organisme qui cherche justement à le capturer. Malheureusement, piégé par Topu, et ne devant sa survie qu’au sacrifice d’un des Yojimbots, il fait alors face à un nouveau type de robot particulièrement redoutable. Celui-ci pourrait être la clé des réponses d’Hiro. 

L’hybridation coeur de la BD

Quand j’ai lu le tome 1, je fus agréablement surpris par le côté hybride de la bande-dessinée. Ce n’est pas surprenant, mais on tombe sur une génération d’auteurice français.e ayant grandit.e avec du franco-belge, des comics, mais surtout avec le Manga qui continue de laisser une empreinte dans nos territoires. il y a quelque chose d’assez unique unique quand on touche une œuvre comme  Yojimbot. C’est une richesse dans laquelle la France doit continuer de puiser. 

Sylvain comme d’autres de ses confrères utilisent tout ce qu’ils ont pu lire dans leurs cultures BD, pour offrir un style, une histoire, une ambiance dont on sait qu’on avait jamais eu affaire auparavant. La Force de Yojimbot, c’est justement d’avoir une beauté propre au Franco-Belge et Comics, mais qui dans son exécution, dans son action se rapproche du Japon. Inutile de m’étaler quand je parle des robots qui représentent ce qu’étaient les samouraïs et tout l’imaginaire du cinéma de sabre et d’épées du pays du soleil levant.

Le début de la légende Yojimbot

Après un tome 1 intéressant, mais léger, j’avais des craintes, j’avais peur que Yojimbot n’arrive jamais à voir son potentiel. Cette peur fut tout simplement annulée dès les premières pages du tome 2. On remarque notamment que l’aspect à la fois léger et contemplatif du premier tome est un choix de l’auteur. Sans nous le dire, il fallait nous familiariser avec l’hybridation de la BD. Maintenant, tout est acté, on peut réellement entrer dans l’univers. 

 Sylvain Repos a décidé que l’histoire débute réellement avec l’acte 2. Il garde l’ambiance contemplative, mais on a du fond. Il y a une histoire qui se dégage, il y a le fait d’assumer que l’œuvre parle de transhumanisme. C’est des questions qui sortent de l’objet pour aller vers nous. Tout va beaucoup plus loin dans ce deuxième numéro. C’est aussi un mystère qui se crée et dure pendant toute la durée du numéro. Yojimbot n’est plus une promesse, mais c’est une lecture passionnante. 

Attention, le sabre ça coupe !

S’il y a bien quelque chose qui ne change pas par rapport au précédent tome. Ce sont les combats. Lors du tome 1 afin de combler un vide, mal de combat constituait le premier numéro. L’auteur s’en servait afin de nous montrer une patte, un style. On voit l’influence japonaise dans le crayon de Sylvain Repos. 

Ce second tome a moins de combats, mais il a ce qui manquait dans le volume précédent. Cette chose, c’est un fond dans l’histoire, c’est des émotions qui apparaissent. L’histoire raconte quelque chose. Il y a un sens dans ce que veut raconter l’auteur. Tout cela amène une puissance qui est la bienvenue dans cette série. Le tranchant des sabres à une signification très forte quand elle montre un enjeu important.

Tout cela permet de dire que le tome 2 de Yojimbot marque un début. Le tome 1 n’est qu’en réalité un prologue qu’on n’arrivait pas à apercevoir. Nul ne doute que nos questions vont continuer au fur et à mesure que les BD avancent. L’intérêt sera de plus en plus fort surtout de la manière dont une nouvelle fois, Repos arrive à terminer l’histoire du tome. Ce processus enclenche de suite une attente très forte, car le potentiel on le voit, on sait qu’il sera atteint quand on s’approchera de la fin, mais à l’instant présent, on veut savoir ce qui attends désormais Hiro et surtout comprendre ce monde ou l’humanité représenté par les quelques Yojimbots est en voie de disparition. 


  • Titre : Nuits de rouille – Yojimbot, Tome 2
  • Auteur : Sylvain Repos
  • Dessinateur : Sylvain Repos

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :