Contes du hasard et autres fantaisies : Accepter le hasard pour faire nos choix

On peut parler d’avant et d’après pour Ryusuke Hamaguchi. Depuis, Drive My Car a permis au cinéaste japonais d’avoir le prix du scénario à Cannes, mais aussi l’oscar du meilleur film en langue étrangère. Tout cela facilite le fait de parler de son cinéma qui paraissait plutôt confidentiel. Contes du hasard et autres fantaisies, n’est pas son dernier film, c’est un long-métrage tourné pendant l’interruption du tournage de Drive My Car à cause du Covid. Une sorte de petite pause, en attendant d’un retour à la normale

Contes du hasard et autres fantaisies, ce sont trois histoires. La première est un triangle amoureux inattendu, la seconde et une tentative de séduction qui tourne mal. Enfin, la troisième histoire est une rencontre née sur un malentendu. Quel est le lien entre ces trois « contes », c’est qu’elles racontent l’histoire de trois femmes qui doivent faire un choix.

Loin de toute la folie de sa mise en scène dans Drive My Car. Le cinéaste japonais, nous propose quelque chose d’assez tout simpliste. Les trois histoires ont une structure similaire, avec une introduction de 10 minutes et une conclusion. Entre les deux, il y a le segment qu’on peut appeler le plat de résistance qui à chaque fois propose un huis-clos avec généralement un plan fixe. Contes du hasard et autres fantaisies est minimaliste, mais que c’est beau. Tout semble si simple en voyant le long-métrage.

Comme dans Sense, Hamaguchi laisse parler ses personnages féminins. Il n’est pas dans une optique de raconter une histoire grande, mais dans chacune des histoires, il arrive à créer un cadre permettant à chacun de ses personnages de pouvoir librement s’exprimer. On a tendance à associer le huis-clos comme quelque chose de terrifiant. C’est tout l’inverse, le cinéaste japonais arrive à offrir de véritables moments d’intimité entre les personnages et les spectateur.rices. Sans pouvoir l’expliquer, on est en totale immersion avec les personnages.

Ce que dégage ce long-métrage, c’est la grande interrogation du hasard dans nos choix. Chacun des personnages de l’histoire est confronté à des choix. Des décisions qui peuvent avoir une importance. Hamaguchi est doué pour nous emmener dans ce qu’elles peuvent vivre. On ne sait pas grand-chose d’elles, mais il utilise la discussion qui est un véritable moment d’ouverture des personnages pour raconter ce qu’elles vivent. C’est des moments absolument magnifique que nous offre le cinéaste japonais. il nous montre des personnages qui se questionnent, qui désire, mais qui doutent énormément du fait de leurs positions, les obligeant ainsi à faire un choix, qui bien évidemment a un impact. On le voit avec les conclusions de chaque histoires, ou la aussi par l’image, par les dialogues, nous expliquent pourquoi elles en sont arrivées là.

Hamaguchi, joue même avec le hasard en créant toujours des effets de surprise. Quand on reprend le synopsis, à chaque fois le hasard à une place essentielle. Dans la première histoire, c’est lui qui déclenche un triangle amoureux, obligeant le personnage à prendre une décision, la deuxième histoire ou le personnage va faire une tentative de séduction, on voit une hésitation, on voit qu’elle est forcé et au final ce moment qu’elle n’a pas prévu lui a permis de se découvrir. Enfin, la troisième histoire qui est un gros quiproquo surréaliste permettra aux deux personnages de pouvoir dire ce qu’elles ont sur le cœur et d’ainsi de se libérer. Ce que raconte chacun des récits, c’est qu’en acceptant que le hasard fasse partie de notre quotidien, on se sent plus léger. Les choix nous aident à trouver notre voie, même si on a besoin d’un petit coup de pouce.

Contes du hasard et autres fantaisies est un véritable bonheur. Tout le film est accompagné de musiques classiques très douces. Ryusuke Hamaguchi est toujours dans une optique de parler des sentiments humains, de nos désirs et de notre sensibilité à l’instant présent. Il nous emmène dans un très beau voyage. Avec ce qu’on vit en ce moment, ce genre d’instant, on n’en a pas énormément. Profitions d’avoir des artistes à l’image d’Hamaguchi, pour qu’on puisse continuer à ressentir des moments de liberté dans notre doute quotidien.

Même si nous pour vivre les événements des trois histoires, ce serait ne pas vraiment avoir de chance, ce que les personnages ont partagé avec nous, c’est des choses dans lesquelles on peut se retrouver. On a des désirs, on a des doutes, on a des questionnements, mais on a surtout des choix à faire. Ce qui faut retenir, c’est que ce soit de bons ou des mauvais choix, on voit une progression des personnages, parce qu’elles ont accepté que le hasard arrive, pour prendre une décision.

Contes du Hasard et autres fantaisies (Guzen to Sozo en VO), est un film écrit et réalisé par Ryusuke Hamaguchi. Avec, Kotone Furukawa, Ayumu Nakajima, Hyunri, Kiyohiko Shibukawa, Katsuri Mori, Shoumi Kai, Fusako Urabe et Aoba Kawai.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :