GPS : Ce GPS nous emmène dans un monde bien étrange

Ariane est une jeune femme en difficulté sociale et personnelle. Elle préfère rester cloîtrée chez elle, jusqu’au jour où Sandrine, sa meilleure amie d’enfance, l’invite à ses fiançailles. Pour l’aider à se repérer et lui permettre d’arriver à bon port, Sandrine partage sa localisation avec elle sur son téléphone. Guidée par le point rouge qui représente Sandrine dans l’espace du GPS, Ariane se rend donc aux fiançailles. Mais le lendemain, Sandrine a disparu. Elle ne répond plus au téléphone. Aucune trace d’elle. Aucune, sauf ce point GPS, qui continue d’avancer. Et qu’Ariane ne va plus quitter des yeux. Le GPS lui procure un sentiment de proximité avec Sandrine.


Comme si elles partageaient un secret. Jusqu’à la découverte d’un cadavre calciné au bord d’un lac où le point GPS de Sandrine s’est rendu. S’agit-il de son cadavre ? Mais le point bouge encore. Qui est derrière le point alors ? Ariane enquête, est-ce le fiancé de Sandrine qui anime le GPS ? Une ancienne amie ou Antoine, son compagnon ? Toutes les pistes sont des impasses. Plus troublant encore : le point sur le GPS persiste à conduire Ariane sur les lieux de leur amitié. Pour en avoir le coeur net, elle laisse un message vocal à Sandrine pour lui donner rendez-vous dans un lieu qu’elle seule peut connaître. Lorsque le GPS indique que Sandrine se rend dans ce lieu, Ariane est persuadée de s’être jusque-là trompée. Sandrine n’est pas morte ! Le point est bien son amie.


Mais elle commence à confondre le monde réel et le support numérique. La police révèle que Sandrine est bien morte, Ariane désactive la localisation partagée. Elle tente de reprendre le cours de sa vie et d’oublier le GPS.


Mais une nouvelle notification l’interrompt : Sandrine souhaite à nouveau partager sa localisation avec elle.


Le GPS mènera la narratrice au point de rendez-vous final.


Quand je lis GPS dans le cadre du prix étudiant, je ne m’attendais pas forcément à lire une sorte d’ovni littéraire, même si le titre de l’ouvrage m’interpelait déjà. Je me disais que tiens, il y a de quoi être curieux. Effectivement, dès le commencement, c’est déjà une surprise.

Il suffit de voir comment l’autrice nous présente son personnage, Arianne. Un personnage qui a l’air de vivre difficilement. On se demande même ce qui provoque son comportement, mais ce n’est pas le plus important. Quand on lit GPS. Ce qui m’interpelle dans ma lecture, c’est que ce n’est pas forcément Lucie Rico en narratrice, ni Arianne, mais un mélange d’un peu de tout. Je vous l’accorde, c’est particulièrement troublant, mais cela participe à une offre littéraire singulière.

Ce qui est troublant lors de la lecture, c’est cette atmosphère absurde. Lucie Rico joue avec l’exagération quand il s’agit de décrire le monde dans lequel on vit. GPS, a certes un côté enquête, mais ce qui dépeint, c’est notre société en connexion permanente avec des appareils. L’absurdité, elle est dans la manière dont des outils comme Google map ont pris place dans notre quotidien. C’est particulièrement amusant de se dire que Arianne peut faire un tour du monde via Google Street View en ne sortant jamais de chez elle. C’est fascinant, certes, mais que c’est effrayant.

L’autrice ne s’arrête pas là. Quand j’ai terminé GPS, la première chose que je me suis dite, c’est que sans en faire une généralité, on ressent qu’on vit dans une drôle de société. Ce qui m’a alerté, c’est quand Rico décrit une sorte de journée type de son personnage, quand cette dernière a retrouvé du boulot. Arianne, est une journaliste, s’intéressant aux faits divers. S’il y a bien un truc, qui a bien évolué, dans notre monde, c’est l’accentuation des faits divers. Le pire quand on fait ce constat, c’est de remarquer qu’il y a tout un public, s’intéressant à des histoires plus horribles, les unes que les autres. Prenons un exemple avec notre réalité. Il y a des séries, des films, une multitude d’œuvre se faisant grâce à des faits divers. C’est une source inépuisable, les histoires ne manquent pas, mais surtout les gens sont friand de ce qui est écrit. C’est ce que fait Arianne, qui s’amuse à inventer des faits divers.

Arianne, a beau être étrange, ceci n’est qu’une sensation. Le monde change, nos modes de consommations également. Notre quotidien, n’est que témoin de ce changement. Lucie Rico ne fait qu’illustrer ce qui se passe. Cela a beau être absurde, cette absurdité c’est ce qu’on vit. Nous sommes tous comme Arianne. Peur de sortir, englouti dans des relations étranges, une fascination pour des faits divers n’étant la que pour apporter du sensationnalisme, dans notre routine ennuyeuse. Tout cela, c’est GPS, reflétant assez bien ce qu’on vit dans ce monde bien étrange.

GPS est un livre de Lucie Rico

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :