Swallow : Le pica une maladie rare pour évoquer le patriarcat

Pour son premier film, Carlo Mirabella-Davis voulait parler de sa grand-mère qui dans les années 50 avait des troubles obsessionnels compulsifs. Sa grand-mère lavait ses mains sans arrêt, utilisant jusqu’à quatre savons par jour et 12 bouteilles d’alcool de ménage par semaine. Ce qui intéressait le jeune cinéaste, c’est de parler du fait qu’on ne soigne pas forcément sa grand-mère, mais qu’on l’emprisonne. Vous vous … Continuer de lire Swallow : Le pica une maladie rare pour évoquer le patriarcat